La reconstruction du sein

Reconstruction par prothèse anatomique

1. Définition.

Les prothèses anatomiques sont la toute dernière génération de prothèses. Elles offrent l'avantage d'offrir une forme naturelle de sein grâce à un gel de silicone cohésif. De plus elles ne donnent plus de capsule que dans 3% des cas et des grades faibles grâce à leur enveloppe grumeleuse, texturée. 2. Le principe. Une prothèse est un " sac " qui contient un contenu.

Dans le passé, historiquement, le sac était lisse et donnait dans 30 % des cas une contraction capsulaire, soit une réaction de l'organisme à la prothèse. Cette capsule se soldait par un sein plus dur et qui avait tendance à se situer trop haut.
Depuis environ 5 ans, on utilise actuellement des prothèses texturées (dont l'aspect extérieur est grumeleux). Ces prothèses ne donnent plus que 3 % de contraction capsulaire. Plusieurs types de contenu existent actuellement. Deux d'entre eux sont éprouvés et d'autres ne sont qu'expérimentaux. Les contenus expérimentaux sont les hydrogel, les triglycérides et les gels de collagène.

Comme nous n'avons que quelques années de recul, le devenir de ces prothèses ne peut être garanti à long terme. Les prothèses éprouvées sont celles qui sont remplies soit de sérum physiologique (d'eau) soit de gel de silicone. Le sérum physiologique présente 4 désavantages sur le gel de silicone :

  • Elles finissent toujours par se dégonfler et doivent donc être remplacées un jour ou l'autre.
  • L'aspect est moins naturel quant à la forme et au toucher.
  • Elles donnent un effet piston et allongent le segment sous aréolaire.
  • La forme du sein ne peut pas être choisie.

Les prothèses remplies de gel de silicone existent sous trois formes différentes :

  • Celles qui donnent une forme conique, tel que le sein le serait en portant un " Wonderbra " en permanence.
  • Celles qui donnent une forme légèrement ptosée
  • Celles qui donnent un sein " anatomique " (les plus récentes)

Ce sont ces prothèses-ci qui sont utilisées en reconstruction du sein. Il est actuellement tout à fait démontré que le silicone ne donne ni cancer ni maladie auto-immune et ce sur base de nombreuses études réalisées sur des dizaines de milliers de femmes, publiées dans les plus grandes revues médicales mondiales comme le New England Journal of Medicine.

Lorsque la quantité de peau du site à reconstruire ne suffit pas, une première intervention réalisée en hôpital de jour vise à mettre en place un expandeur anatomique . Un expandeur est un « ballonnet » gonflable que l'on introduit dégonflé au niveau du site à reconstruire. Il sera progressivement gonflé par du sérum physiologique pour obtenir suffisamment de peau pour la reconstruction. Depuis peu ces ballonnets offrent également une forme « anatomique » de sein naturel, ce qui constitue un « must » dans la reconstruction. Quelques mois plus tard, cette prothèse sera remplacée par une prothèse définitive et l'aréole sera reconstruite également en hôpital d'un jour.

3. Avantages.

  • Rapidité et simplicité d'intervention.
  • Pas d'hospitalisation..
  • Aspect de la peau plus similaire à la peau du sein si la peau abdominale présente des vergetures.
  • Pas de cicatrice supplémentaire.
  • Réalisable lorsque le Tram ne peut être utilisé (chez les fumeurs, les obèses et les patients présentant des cicatrices abdominales)
  • Réalisable lorsque le Tram a déjà été utilisé.

4. Désavantages.

  • Non utilisable en cas de radiodermite.
  • Toucher moins naturel que le Tram.
  • Sein reconstruit de moins gros volume.

5. L'intervention.

Plusieurs consultations préopératoires sont nécessaires et capitales à la réussite de l'intervention . Elles permettent de choisir le modèle de prothèse et donc le modèle de sein souhaité et de déterminer si la reconstruction peut être effectuée directement par une prothèse définitive ou le plus souvent par une prothèse d'expansion temporaire suivie d'une prothèse définitive plusieurs mois plus tard. Le volume et la forme sont déterminées en essayant diverses prothèses d'essai et en réalisant une reconstruction tridimensionnelle informatique (morphing).
Une fois la prothèse et le déroulement avec ou sans expansion déterminés, l'intervention peut alors être programmée.
Celle-ci peut être programmée en clinique de jour.
Environ huit jours avant l'intervention, la patiente doit voir l'anesthésiste et réaliser la mise au point préopératoire.
La veille de l'intervention, l'étude de morphing doit être terminée et la prothèse doit être définitivement positionnée en effectuant un dessin préopératoire.
L'intervention dure environ 45 minutes et la patiente rejoint son domicile le soir.
Trois jours plus tard les drains sont retirés et la patiente peut retourner au travail si elle le souhaite.
Un soutien-gorge spécial est le plus souvent prescrit en postopératoire car il maintient la prothèse en place et évite qu'elle ne remonte. Tout mouvement des bras au-delà de 90° est prescrit pendant un mois et tout exercice de force pendant trois mois.
Les fils sont résorbables et ne doivent pas être retirés. Les complications à long terme sont rarissimes et consistent en un déplacement de la position d'une prothèse et éventuellement une capsule.
La forme n'est définitive qu'au troisième mois postopératoire car il existe bien sûr un léger gonflement. Les cicatrices ne sont définitives qu'au bout d'un an. Les mammographies et contrôles classiques des seins sont tout à fait possible mais il est préférable de les faire réaliser par un radiologue spécialisé en sénologie.

6. Suites opératoires.

a) 1 à 3 semaines postopératoire.

  • une légère reprise d'une activité physique est conseillée.
  • La patiente peut également commencer à conduire sa voiture.
  • La douche (pas les bains !) est permise.
  • Les fils ne doivent plus être retirés car ils sont résorbables.
  • La patiente peut recommencer une vie normale (travail etc.) si elle le souhaite.
  • Une fois tous les 2 semaines la patiente se présente en consultation pour faire gonfler la prothèse.

b) > 6 semaines postopératoire.

  • Une consultation tous les 2 semaines est poursuivie jusqu'au moment où le volume souhaité est obtenu.

c) +/- 3 mois postopératoire

Le deuxième temps opératoire consiste en le changement de prothèse si celui-ci est nécessaire et la reconstruction de l'aréole et du mamelon. Dans ce cas l'intervention est réalisée en hôpital d'un jour. Si le sein controlatéral doit être symétrisé, une courte hospitalisation de quelques jours sera nécessaire.

7. Complications.

Les complications inhérentes à la technique sont presque inexistantes.

Reconstruction avec prothèse anatomique

chirurgie esthétique Suisse & liposuccion   chirurgie esthétique Suisse & augmentation mammaire

 

  

Centre International de
Chirurgie Esthétique et de la Main ICS à Martigny

Contact rapide

Chirurgie plastique Bruxelles & peelingsRue du léman n°18A

1920 Martigny
Suisse

Chirurgie plastique Suisse & otoplastiesTel: + 41 27 771 13 30

Chirurgie esthétique Belgique & rhinoplastiesFax: + 41 27 771 23 18

Chirurgie esthétique Bruxelles & liposuccionEmail: kumps@me.com